Stéphane Beel Architects

Stéphane Beel Architects

L’ancien site de tri postal d’Anvers-Berchem renaît enfin de ses cendres. C’était depuis longtemps un bâtiment disgracieux qui était une verrue le long de la ligne d’horizon d’Anvers. Grâce à un aménagement à grande échelle, conçu par Stéphane Beel Architects, le site comprend désormais plusieurs nouvelles fonctions telles que des bureaux, une école, des commerces, des équipements de loisirs, un hôtel et récemment aussi le bâtiment principal de la police d’Anvers. Une mini-ville proche de la ville et celle à un emplacement idéal.

L’emplacement est désormais le grand atout de ce site. Stéphane Beel: « C’est le meilleur emplacement possible pour le développement de nouveaux bureaux et de fonctions associées, notamment en matière de modes de transport, il est entièrement accessible: proche de la gare d’Anvers-Berchem avec ses transports en train, tramway et bus, proche du périphérique d’Anvers et du Binnensingel et donc facilement accessible pour tous les transports de passagers (locaux et supralocaux), à distance de marche et de vélo de la ville et à deux pas de l’aéroport de Deurne. Et il est situé au milieu de ce qu’on appelle la « vallée verte ». Nous voulions absolument conserver cette ceinture verte et nous avons donc recherché une valeur ajoutée, tant au niveau des espaces verts publics que pour les zones bâties aux intersections importantes considérées comme des blocs dans un paysage verdoyant. Ce lieu nécessitait donc des bâtiments denses et de qualité. »

Au final, c’est Eric De Vocht de IRET qui a acquis l’ancien site de tri postal et il a d’abord demandé à Stéphane Beel de concevoir un aménagement de bureaux au sein du bâtiment existant. Après de longues et minutieuses délibérations, ils se sont rendu compte qu’il valait mieux faire table rase, surtout compte tenu du mauvais emplacement sur le site qui ne laissait qu’un espace résiduel semblable à de la verdure sur les bords. Dans un développement aussi important, avec une fonction modifiée et toutes les conditions associées, une nouvelle construction était donc recommandée. Et pour se distinguer des autres immeubles de bureaux, le promoteur Eric De Vocht a vu en cours de route qu’il devait aussi proposer quelque chose de spécial et de durable. C’est pourquoi Stéphane Beel a également intégré des fonctions de soutien dans sa conception et a résolument opté pour des bâtiments passifs. « Dans un développement de bureaux de 130.000 m2 où travaillent environ 13.000 personnes, on se doit de développer des fonctions supplémentaires si l’on ne souhaite pas créer une partie morte de la ville après les heures de bureau. Avec l’intégration d’une école, d’un hôtel, de restaurants, d’installations sportives et de bien-être, d’un supermarché, d’une salle polyvalente, d’un parking et récemment du bâtiment de la police locale, on obtient réellement une microville dans la ville. Un quartier vivant et autonome. Avec deux niveaux de parking souterrain pour 1000 voitures et 1400 vélos, entièrement accessible via le pont de Borsbeek, le site répond à toutes les exigences.

Malgré les nombreuses fonctions différentes, Stéphane Beel Architects a toujours voulu ajouter une certaine paix et une harmonie à l’ensemble. D’où le choix de maintenir une structure de bâtiment très rigide. « Surtout du côté du ring, les bâtiments sont caractérisés par la répétition, ce qui est très intéressant à cet endroit. Parce qu’ils y font également saillie, ils se présentent encore plus au ring. La répétition ne doit pas être négative. Cela fonctionne très bien sur l’échelle et la vitesse du ring. Sur les autres côtés (en principe, il y a quatre façades différentes et à part entière), ils ont un design plus osmotique. Là, on a besoin d’une perméabilité différente. Du côté de la ville, on approche certes du campus à une vitesse différente et on doit profiter de la ville avec des volumes plus cassés qui indiquent les entrées du site. En plus des neuf volumes, nous avons aussi co-développé l’environnement extérieur. La grande cour qui relie les neuf volumes est cruciale pour la conception. Pour y renforcer le sentiment communautaire et l’unité, nous avons ajouté une sorte de cloître. Cela protège le visiteur lorsqu’il arrive sur le site et qu’il commence la visite, mais cela enchaîne aussi les bâtiments émotionnellement. Un exemple bien connu est le cloître de l’abbaye du Thoronet. L’atout de ce cloître est que l’on peut résoudre des problèmes conflictuels comme l’ouverture et la fermeture en un seul mouvement. » La distance entre les bâtiments n’est pas arbitraire, mais a été déterminée après une étude d’éclairage approfondie de telle sorte qu’une lumière suffisante entre proportionnellement à la hauteur et à la longueur des bâtiments. Et elle offre également des vues intéressantes, de sorte que depuis la cour ouverte, on peut sentir la relation entre le côté du ring, la voie ferrée et celui du Singel. Le lien avec la ville a été encore renforcé en surélevant légèrement le site, de sorte que le nouveau pont piétonnier de la place de la gare mène à la place intérieure presque au niveau du sol, et le nouveau développement de l’autoroute cyclable vers Malines et Lier, qui a été abaissée sur la place intérieure, joue ici aussi un rôle.

La conception du plan d’urbanisme a été légèrement modifiée au cours du processus pour permettre l’ajout du nouveau quartier général de la police locale. Cela était parfaitement possible grâce à l’emplacement et au concept du design. Avec d’excellentes routes du côté du Borsbeekbrug, tant vers l’autoroute que vers la ville elle-même, la police n’aurait pas pu rêver d’un meilleur endroit. En plus, la police peut être présente sur le campus à titre de balise. Cela se reflète ici dans la hauteur (le bâtiment le plus haut du site, maximum autorisé avec le trafic aérien) et l’utilisation de la couleur. Afin de préserver les vues, le bâtiment de la police a été divisé en deux volumes, d’une part des bureaux et d’autre part des fonctions spéciales, qui partagent le même socle et sont reliés entre eux jusqu’au premier étage afin de ne pas interrompre le chemin de ronde le long de la cour intérieure.

Outre les répétitions et une disposition assez stricte des bâtiments, l’unité de l’ensemble s’exprime aussi dans le même usage des matériaux. Bardage de façade en aluminium anodisé léger dans diverses nuances d’argent avec ici et là des pièces perforées qui glissent devant les fenêtres comme protection solaire et qui fournissent de la profondeur tout en déterminant la vue. Ce sont certains accents qui rendent chaque bâtiment différent. L’ajout de couleur à certains panneaux crée des façades accentuées qui se démarquent et définissent n’importe quel bâtiment. Le bâtiment de la police aura une façade de parement en travertin couleur or sur la paroi latérale le long du Borsbeeksebrug, de sorte qu’elle se fonde aux matériaux en pierre des bâtiments de la Cogels Osylei dans son prolongement et un revêtement en aluminium sur les autres façades. Sur le côté du ring, un mur antibruit supplémentaire en verre à double hauteur a été ajouté pour garder la place acoustiquement habitable et sûre. Dans les bâtiments, les entrées se connectent à la galerie les unes aux autres, créant ainsi des relations entre les bâtiments. Le hall d’entrée est toujours personnalisé avec d’autres matériaux tactiles comme la pierre naturelle et le bois.

Post X est le premier immeuble de bureaux passif à Anvers. Il répond aux normes de qualité les plus élevées en matière de durabilité. Les espaces de bureaux sont chauffés et refroidis par l’activation du noyau en béton et tous les plafonds possèdent des îlots acoustiques.En plus d’être passifs, les bureaux sont aussi durables en raison de leur emplacement et flexibles en raison de leur conception. Toutes les unités se composent d’un noyau central bien développé avec les plus grands espaces de bureau aux extrémités et les plus petits bureaux individuels basés sur des modules de 1m35 de côté.

Comme de nombreux projets de Stéphane Beel Architects, c’est un précurseur de la nouvelle façon de travailler. « Je n’aime pas vraiment les mots à la mode. Nous travaillons sur une telle configuration depuis un certain temps. Cependant, ces noyaux permettent de diviser les unités de bureau en deux et parfois même en quatre tout en conservant toutes les fonctions nécessaires à un bureau. Pour le reste, les utilisateurs ont la liberté de meubler leurs propres bureaux, mais si les entreprises changent d’usagers, les bâtiments restent intacts. Plus qu’un nouveau lieu de travail, c’est le lieu de travail idéal, grâce à sa localisation et aussi grâce à l’architecture. Il n’est pas criard, mais sobre dans sa simplicité et avec les bonnes proportions, créant un cadre apaisant. Il s’agit d’un développement bureautique générique qui se différencie en même temps de manière subtile. Après tout, avant que les soucis arrivent, on a besoin de repos. C’est ce que l’architecture veut réaliser ici. Après cela, les utilisateurs et les invités assurent une vie dynamique. »

Texte: Sam Paret
Photos: Johnny Umans

 

Stéphane Beel Architects
Poel 15 – 9000 Gent
t. 09 269 51 50
mail@stephanebeel.com – www.stephanebeel.com